Semi-Marathon de Paris : à 3 semaines du départ

Le semi de Barcelone est derrière moi, il est temps de passé à autres chose, et autre chose, c’est le semi-Marathon de Paris qui aura lieu le 5 Mars.

 

Lien de mon article sur ma contre performance à Barcelone :

http://nopainnogainrunning.com/semi-marathon-barcelone-au-rapport

 

Liens du semi-Marathon de Paris :

http://www.fitbitsemideparis.com/fr

 

À 3 semaines d’un semi-Marathon

Me concernant

Semi-Marathon de Paris : à 3 semaines du départDeux ou trois jours maximum ou je vais me « reposer » avec des petits footing très cool compris entre 45 minutes et 1h10 + des étirements + beaucoup de litres d’eau. Ces trois éléments (footing cool/ stretching/eau) vont permettre d’accélérer et améliorer ma récupération. À partir de ce jeudi, je pense que le Coach va intégrer de nouveau des séances de vitesse, soit sous forme de VMA, soit de travail au seuil.

 

La semaine suivante va être obligatoirement plus costaud en terme de km, et de séances de vitesse, il n’en sera pas de même pour la troisième semaine, car le dimanche qui suit, c’est déjà l’heure de la bagarre.

 

Pour vous

Pas de journées cool à moins que vous ayez aussi une compétition dans les pattes, logiquement, vous gardez votre cap avec :

  • 1 ou 2 séances rapide su style VMA ou travail au seuil
  •  1 à 3 footing d’endurance
  • un travail à allure spécifique lors de votre sortie « longue ».

On ne change rien jusqu’au mardi 28 février, puis à partir de là, on va légèrement diminuer la charge de travail afin d’arriver frais le jour de la course.

 

Concernant l’alimentation

 

On va courir un semi, pas les 42.195 km d’un Marathon, avec cette histoire du fameux mur qui angoisse tout le monde. Dans notre cas (départ d’un semi) ce n’est pas la peine de se goinfrer de féculents les 3 jours qui précèdent la compétition. Bien s’hydrater la dernière semaine (2 l d’eau / jour minimum), un plat de pâtes la veille au soir, un petit-déjeuner pas trop copieux, et un gel 10 minutes avant le départ feront l’affaire. Tout dépend votre état d’esprit (performance ou pur loisir), il sera bon d’avoir une période d’affûtage alimentaire, réduire, voir, supprimer toutes les merdes que vous mangez (gâteau, bonbons, …). Faire de même avec l’alcool, essayer de calmer 3 semaines avant, et de complètement stopper à J-15 ou 10.

Pour moi

Je reste sur un échec, le semi de Barcelone, alors celui de Paris, je ne vais pas le louper. J’ai été moins strict avec moi-même, et je ne sais pas si c’est cela qui m’a fait faire ce score de merde, mais je ne compte pas en rester là.

Je vais être plus sérieux concernant l’entraînement invisible, à savoir les étirements, le sommeil, et l’alimentation. J’ai dit que pour les semi, je me prendrais moins la tête, je reviens sur mes belles paroles.

Depuis ce matin, jusqu’au 5 mars, je vais supprimer toute forme de sucre raffiné, et autre mauvais sucre en générale, dans le but de perdre 2, ou 3 kilos ( être bien sec), et d’obtenir un gain d’énergie.

 

Çà veut dire :

Semi-Marathon de Paris : à 3 semaines du départ

  • stop au Schok bon, et autre saloperies
  • stop au petit verre de rouge
  • stop à mes gauffres au miel bio

 

Par contre, cela va se traduire par plus de fruits, et de bonnes graisses (amendes, avocat, noix de cajou, …)

 

 

Les journées passent vite, pas de temps à perdre. Plus vous serez sérieux à l’entraînement et en ce qui concerne l’entraînement invisible, plus le résultat sera bon !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*