Un des 6 rounds de 3′ réalisé avec Thomas

 

 

Pour le moment, je ne me suis pas encore arrêté sur une date de Marathon, même si je pense que j’ai une petite idée sur le prochain 42.195 km.

Çà sera surement en Asie, et plus précisément en Thaïlande, voir même Bangkok, la ville qui ne dort jamais, pour preuve le départ sera donné le 19 novembre à 2 heures du matin. Je suis chaud pour le faire, et chaud, c’est bien l’expression à utiliser pour parler de cette course. Ayant déjà couru plein de fois en Thaïlande, je peux vous dire que le taux d’humidité + la chaleur vous flingue littéralement. Mes 16.5 km/h dans mes jambes avec lesquels je courais le Marathon en septembre 2015 à Berlin vont être impossibles à tenir dans ces conditions climatiques que je suis viens de vous citer.

 

 

 

 

 

En ce moment, je suis en roue libre, en plus je n’ai pas trop envie de courir, mais de faire d’autre sport. Il y a une semaine, j’étais au squash de Saint Clou, ou David m’a foutu une raclée. Cet après-midi, je pars faire du golf, pas un 9 ou 18 trous, mais 3 sots au practice avec un bon fer 7. Demain, je serais surement sur un wakeboard en train de me faire tirer par un bateau ( Punaise je m’imagine en train me faire niqu.. par un bateau, Ah,Ah,Ah ).

Je fais un peu de cross training aussi, histoire de travailler le cardio, et le renforcement musculaire également:

http://nopainnogainrunning.com/competition-cross-training-bangkok

 

Je garde bien évidemment 3 footings par semaine + 1 séance de vitesse, mais le reste du temps je touche à touche, surtout à du ludique, du partage. Ces deux mots là (ludique, et partage), je ne les ai plus du tout avec la course a pied, ceux que j’ai à la place, c’est des sensations + performance, et là j’en ai ras le cul.   Hier, entre un client à entraîner, et une coupe de cheveux chez Sevan, j’ai fait 6 rounds de 3′ avec Thomas ( https://www.facebook.com/thomas.dufresne.39),avant çà, je suis parti me mettre en jambes pendant 30′ à 4’30/km. Comme vu plus haut je vous balance un des rounds que l’on a fait ensemble.

 

On travaille relâché, sans intention de massacrer l’autre, après, c’est de la boxe, donc çà envoie un peu les marrons, les patates, ou autres fruits, et légumes que vous voulez. Le costaud en face de moi est plus jeune de 10 ans, et plus lourd de quasi 20 kilos, par contre il a moins d’expérience que moi dans la noble bagarre, la boxe.   6 rounds, où même si j’étais fatigué ce jour-là, le plaisir est vite arrivé. Éviter les coups, placer un beau crochet du gauche, faire une belle esquive et remiser avec un uppercut droit, transpirer, galérer avec un copain de sport, çà c’est la vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*