Sur le Semi-Marathon de Paris, j’avais étais devin en prédisant un chrono de 1h17 et en réalisant 1h17 et 32 sec …

 

http://www.virginmoneylondonmarathon.com

Le marathon de Londres en 2h41
Jérôme avec qui j’ai fait les 15 premiers Miles

Pour le Marathon de Londres qui était mon gros objectif de fin d’année scolaire et second Marathon sous les couleurs de Larbi mon coach, je visais 2h38, un gros chrono pour moi, car j’ai toujours l’habitude de mettre la barre haute comme LAVILLENIE et non pas BUBKA (saut à la perche). Mais en réalité un 2h39 m’aurait très bien convenu ; de plus en plus de personnes me suivent de loin ou de près, je suis désolé et un peu déçus vis-à-vis d’eux qui croyaient en moi et mon chrono annoncé. Je ne ferais pas durer plus longtemps le suspens, 02:41:18 et 221 e / 40 000 participants, un chrono sur cette distance amélioré de plus de 3’30 mais ce n’est pas en dessous des 2h40 que je cherchais tant à atteindre.

 

 

 

 

 

Je ne peux pas m’en vouloir, car si le chrono n’a pas été fait, c’est plus sur des erreurs de tactique, que physique ou encore mental.

Pourquoi Londres ? 
Si vous cherchez dans la rubrique résultats du Marathon de Paris, vous verrez apparaître mon nom avec un chrono de 5h09, mais pas d’inquiétude ! J’ai juste refourgué mon dossard à un ami d’Olivier ( Olivier : ami, athlète NPNG que vous pouvez retrouver dans cet article http://nopainnogainrunning.com/du-marathon-lultra-trail), car entre temps une autre de mes amies et athlètes NPNG m’a offert un pack pour le Marathon de Londres. Fanny l’à déjà fait l’année dernière, ce fut son premier et elle m’à toujours dit que c’est un Marathon de malade, en effet, je ne vais pas être déçu du voyage en Eurostar.
J’ai déjà fait Paris deux fois et le seul intérêt pour moi est que c’est à la maison sinon il n’y en a aucun, parcours casse pâtes, ambiance pas terrible, les 4 derniers kilos seuls au monde sur un faux plat de merde dans le bois de Boubou ( Boulogne) …

La première fois c’était pour mon début dans cette distance et je me rappelle avoir « Hitting the hall » (manger le mur), la seconde même chose avec en plus une hypothermie due à une hypoglycémie ah ah ah.

 

Départ pour London baby !

Samedi matin avec un tour-opérateur qui organise tout : transport, transfert à l’hôtel, récupérer les dossards au running expo qui se trouve à 45′ du centre de Londres c’est super confort ! Arrivée à Londres le temps n’est pas terrible du tout et je flippe un peu du froid vu que je ne suis pas très épais en effet – 10 kilos par rapport à ma prise de poids post Marathon de Nice (77,3 kg), je m’étais un peu lâché, je l’admets. 

L’hôtel est à moins d’un km de l’arrivée et à 400 m de Trafalgar place, super bien situé, c’est cool de ne pas avoir à se taper tout une galère pour rentrée après la course.

 

Le marathon de Londres en 2h41'18"
Pour faite plaisir à maman : je me culture ah ah ah au musée de Londres devant la toile « les 3 danseuses » de Mr PICASSO

Le samedi après midi, on traîne un peu avec Fanny et Philippe son conjoint qui l’a accompagné, je vais même aller au musée !! Maman tu n’es pas entrain d’avoir une allu (hallucination) pour preuve regarde moi posé devant les 3 danseuses de Picasso, tu vois je me cultive ah ah ah mais pour tout te dire je m’en bat les C…….

Le soir on dîne dans un restau Italien ou on se fait notre Pasta Party accompagné d’une bonne bière Italienne, pour faire honneur à la coutume instaurer par mon frère de sport Frédéric aka grands Pops qui au passage organise des super weekend sportif et détox. 

Je rentre à l’hôtel enfile mes Skechers Go speed et pars trottiner 20 min, ça aussi ça fait partie du rituel, une fois dans ma chambre, je prépare mes affaires, cool je n’ai rien oublié à Paris et surtout pas ma paire de couilles. Je prévois 2 montres, car cette putain de Garmin 610 me joue des tours depuis quelques jours bien sûr. D’après Virginie de chez Garmin avec qui je suis en contact, c’est par ce que je n’ai jamais fait de mise à jour …, relou si maintenant faut faire des mises à jour comme pour l’Iphone, j’opte alors pour ma montre à 9 euros de chez Décathlon à fond la loose.

 


Le jour G !

Non ce n’est pas une énième faute d’orthographe ! Le jour G pour le jour de GUERRE !!!

Le marathon de Londres en 2h41'18"
Avec Fanny nous avons courus pour l’association Les amis d’Arthur, un petit garçon autiste

Réveil 6 du mat, je ne suis pas éclaté du fait d’avoir eu un sommeil très léger, normal ça cogite toujours un peu même si c’est de moins en moins, je pars rejoindre mes amies au petit dèj de l’hôtel : croissant, pain au chocolat, bacon, muffin, pain cake, saucisse, ne sauront dévorer que par les yeux !, pour moi ça sera un bol de flocon d’avoine, une part de gâteau spécial Marathon et un café rlass (qui signifie fini en arabe).

 

 

 

Départ en bus privé de l’hôtel à 7 heures pour une course à 10 heures ; 45 minutes plus tard, on arrive dans la banlieue de Londres accueilli par un soleil de fou et des sourires sur le visage des bénévoles de l’organisation. 2 heures donc à attendre, mais avec un temps pareil pas de soucis, je m’allonge sur l’herbe sèche du champ dans lequel on est installé et je somnole pendant 45 minutes.

Il est 9 h15, je décide d’aller mettre mes affaires à la consigne qui est super bien organisée, je teste une dernière fois ma Garmin et elle ne se lance toujours pas, j’opte pour la plus sur même si elle ne fournit rien à part le chrono et encore moins l’information tant précieuse de mon allure (temps au km). Je me passe sur les guiboles et les bras de la lotion chauffe muscle que j’ai ramené de Thailand, de la vaseline sur les tétons, entre cuisses, dessous de bras et dans le … Non, je déconne ça, je le laisse à ceux que je vais doubler en fin de course.

En fait tous les étrangers sont dans une zone divisée en 9 sas, ce qui est très chelou c’est que l’organisation n’a pas demandé de justif de performance, je me dis que ça va être la grosse merde et ça l’a été … Je me retrouve avec des vieux, des mecs déguisés alors que d’habitude, je suis avec des gars qui courent entre 2h45 et 2h30. Dans un autre endroit il y a tous les Anglais qui eux aussi sont divisés en sas selon la perf visée, les élites prennent le départ dans un autre endroit.

Le marathon de Londres en 2h41'18"Tout ce monde-là se retrouve au bout d’un moment sur le même parcours pour que l’on court tous ensemble comme une grande famille ! Mon cul ouais ! Je ne suis pas venu pour trouver des frères, sœur et grands-pères d’adoption, je suis venu pour péter un 2h38, 2h39 puis me bourrer la gueule à coup de pinte !!
Ça va être la merdasse pendant un bon moment, on est là Jérôme (le pote que je me suis fait sur la ligne de départ qui vise un 2H40, 2h39) et moi à zigzaguer entre un vieux, une grosse, un mec déguisé en je ne sais pas quoi pour ne pas prendre trop de retard … En vain. Attention je ne suis pas entrain de manquer de respect aux personnes âgées, personne un peu enrobée et mec qui font la course pour déconner au contraire si vous êtes FINISHER vous obtenez 100 % de mon respect, c’est juste que moi je ne suis pas venu à Londres pour faire la causette à kate, quoique …

 

 

 

Ma Garmin n’est pas sur mon poignet, mais je me dis que je vais faire des calculs qui vont me permettre de calculer mon allure, mon cul ouais ! Les km ne seront affichés qu’au 10, semi, 35 e km et les 800 derniers mètres, je vais donc me caler sur l’allure de Jérome qui cherche à faire moins de 2h40 comme moi. On court à deux jusqu’au semi et puis au semi comme mon plan de course l’avait déterminé j’accélère un peu jusqu’au 35 et du 35 à la Finish Line je pars au charbon.

 

Analyse technique de ma course

Voici mes temps de passage :

Time Of Day Time Diff min/km km/h Place
5K 10:19:23 00:19:23 19:23 03:53 15.49
10K 10:38:44 00:38:44 19:21 03:53 15.50
15K 10:58:07 00:58:07 19:23 03:53 15.48
20K 11:17:18 01:17:17 19:10 03:51 15.64
HALF 11:21:24 01:21:24 04:07 03:45 16.02
25K 11:35:56 01:35:55 14:31 03:44 16.13
30K 11:54:57 01:54:56 19:01 03:49 15.77
35K 12:14:13 02:14:13 19:17 03:52 15.57
40K 12:33:18 02:33:18 19:05 03:50 15.72
Finish time 12:41:19 02:41:18 08:00 03:39 16.44 221

 

Le marathon de Londres en 2h41'18"Les 15 premiers km, je suis en retard sur mon km 5, 10,15 pour les raisons que je vous ai citées plus haut et non par la fatigue car je suis frais ! Je commence tout juste ma course, embouteillage + quasi zéro info sur mon allure = je passe le Semi avec 2′ de retard en 1h21’24 » ai lieu d’1h19’30 ».

Du Semi aux 30 e, je suis super bien ! Je ralentis un peu vers le 30 car les km commencent à se faire sentir, et surtout, je n’ai aucune indication précise sur la distance qui me sépare de la ligne de délivrance de toutes mes douleurs physiques et mentales.

 

 

 

 

 

 

Je vois le panneau 35 km ! Ok, il m’en 7 s’est parti, je dois prendre des risques et accélérer en espérant que cela ne me provoque pas « un mur » en pleine gueule du fait d’avoir été trop gourmand, mes jambes répondent du tac au tac, ça va vous paraître con même limite demeuré, mais je suis super fière d’elles ( mes jambes) ! Ah ah ah. Vous savez je les fais travailler dur ( + de 100 km / semaine) et de les voir répondre à mes attentes au moment où je leur demande c’est une récompense de ouf, j’appuie sur le bouton « on accélère » et elles accélèrent ! BOOM !!

Le marathon de Londres en 2h41'18"Sans déconner à partir du 35 e, et même jusqu’au dernier mètre de la Finish Line, je vais doubler mes adversaires, je suis bien, peut être trop bien …

Le mental à la dalle de chrono, du 40 e aux 42,195 km je suis à 3’39 du kilo soit 16,44 km/h, les 800 derniers mètres sont affiché puis 600, 400 et 200 où je double encore une petite dizaine de personnes, j’en double même un à 5 mètres de la fin.

 

 

 

 

 

 

 

Ces 200 mètres je les ai faits en sprint pour gratter des secondes et des places au classement mais je sentais qu’à tout moment une crampe au mollet ou ischio jambier pouvais arriver, stopper net ma course et quasi me péter la gueule. 

Une de mes satisfactions fut également que personne ne m’a doubler tout le long de la course et surtout dans la dernière partie, c’est-à-dire du 35 à la ligne d’arrivée.

Analyse émotionnelle et mentale de ma course

Pour commencer, de par l’ambiance le Marathon de Londres est une course de MALADE Mental ! Je n’avais jamais connu une telle atmosphère, du début à la fin les spectateurs sont présents et vous encouragent comme des ouf, il faut même faire attention au début de ne pas s’enflammer et se cramer les jambes ( jeu de mots un peu pourri, je l’admets …).
J’ai du peut être entendre le public gueuler 200 x No pain No gain !!! Limite à la fin, j’en pouvais plus et je cherchais à être dans une pièce insonorisée loin de ce bordel monstre, mais je ne vais quand même pas me plaindre de toute cette énergie positive.

Je pense avoir eu une montée d’émotions vers le 35 e kilo, avec des larmes aux yeux et complètement à fleur de peau, mon mental en a eu ras le cul qu’entre le Semi et le km 30 à part ça c’était soit du « eazy » soit du NO PAIN NO GAIN Mother Fuck.
La distance ne me fait plus peur car je commence à connaitre les 42,195, comprendre quand et comment mon corps, et mental se comportent.

Psychologiquement, il y a eu encore cette confirmation : je suis un chien de la casse, un crève-la-faim, une crève la Fin aussi, un dalleux, que je kiff doubler des mecs dans les derniers kilomètres au moment où ils ne vont pas bien, que le fait de les dépasser les enfonces psychologiquement encore plus profond. Ah ah ah !!!

 

Le marathon de Londres en 2h41'18"
C’était limite dur de se concentrer, sur cette photo je regarde les spectateurs qui mettent une ambiance de fou !!!

Les spectateurs Londoniens vous avaient été fantastiques !, je ne peux employer un adjectif qualificatif plus gros par contre je peux en utiliser d’autres similaires comme : généreux, respectueux, humain, simple, excentrique, euphorique, avec une putain de bonne mentalité et doté d’un mental qui comprend mon état d’esprit : No pain No gain et pas juste car cette expression est en Anglais.

 

L’après-course

 

Le marathon de Londres en 2h41'18"Hamburgersss, bierresss, verresss de rosé, bonbonssss, beaucoup d’eau aussi ! Le lendemain matin VENGEANCE !!! J’ai défoncé le buffet du petit dej !!! Après, je suis parti trottiner ( à 12 km/h) pendant 45 minutes avec Pierre un ancien, 49 ans, qui a plus de trente Marathons dans les pâtes avec un record de 2h29, une grosse machine. Le soleil est toujours présent, gros kiff ! Puis c’est déjà l’heure de rentrer au pays des têtes de con (Paris), il me reste quelques livres dans les poches … Je les dépense en donuts ! Me voilà dans l’Euro star et commence à écrire mon article …

 

Next Marathon : Berlin en septembre 2014 pour un 2h37.

Le marathon de Londres 2014 en 2h41'18", 221 e / 40 000

3 commentaires

  1. Il est top ton récit qui change des gnans gnans habituels. Tu m’as fait trop rire avec ton No Pain No Gain Mother Fuck !!
    Bonne chance pour Berlin. T’es vraiment un ouf !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*