Je suis connu pour avoir une grande gueule, et jusqu’à présent, jamais personne n’est venu m’embrouiller directement en face-à-face pour me dire quelque chose. J’accepte bien évidemment les avis différents du mien, et je suis pour le dialogue, tant que la personne reste respectueuse. J’ai bien reçu des messages, où les mecs se sentaient un peu chaud, mais cela est tellement facile à faire çà kaillera derrière un écran. Je suis le premier à rire de ces pseudos gangsters rapeur, qui se menacent à longueur de journée sur les réseaux sociaux, mais qui n’en viendront jamais aux mains, bref …

Le sujet que je vais aborder, va sûrement déplaire à certains, mais comment dire … Je m’en bats les couilles. Le sport, c’est ma vie, c’est mon métier, ma passion, et je suis en train de le voir se faire violer … 

Les salles de fitness, le repère des malades en tout genre
Les salles de fitness, le repère des malades en tout genre

Depuis peu être une petite dizaine d’années, les grands média passent le message que le sport est bon pour la santé, et qu’il est primordial d’avoir une activité physique régulière. Ils disent également que le sport permet de se sentir mieux dans sa tête, et son corps, et qu’il peut faire office d’outil thérapeutique. Ah bas là, on, c’est récupérer toute la misère du monde. C’est mon blog, dessus j’écrit ce que je veux, sur le sujet que je veux. Je ne vais pas trop critiquer, mais faire une représentation des phénomènes que l’on peut retrouver dans les salles de cultures physique, qui n’ont aucun point commun avec le sport. 

Je suis préparateur physique pour des athlètes de haut niveau, mais je suis au même titre coach sportif, pour Mr et Madames tout le monde. J’ai évolué dans des salles de sport haut de gamme, où j’ai pu pourtant voir la misère psychologique de certains.

Le sport amateur, représente pour moi tout ce qu’il y a de plus saint, même si vous cherchez, à performer, votre motivation première reste de progresser. Courir plus vite, soulever plus lourd, être plus puissant, perfectionner un mouvement très technique (comme le Golf par exemple sur lequel je travaille depuis 3 mois), là, je trouve que l’on est dans un bon délire. Par contre dans les salles de fitness, où le mec vient pour faire grossir ces muscles, la nana pour trouver de la chaleur affective, et le malade pour éviter de prendre des cachets qui rendent heureux, on est dans tout autre chose …

 

Les salles de fitness, le repère des malades en tout genre

Je vais répertorier les différents cas sociaux que l’on retrouve dans les salles de fitness, et je vous assure qu’on va bien se marrer, en tout cas, moi, je vais m’éclater à écrire ce papier, où bien ce torchon pour certains. Ces gens qui pour moi sont complètement perdus, bizarrement, on ne les retrouve pas dans les vrais clubs de sport amateur, tel qu’un club de foot, club de dance, mais seulement dans les salles de fitness.

Ces gens qui pour moi sont complètement perdus, bizarrement, on ne les retrouve pas dans les vrais clubs de sport amateur, tel qu’un club de foot, club de dance, mais seulement dans les salles de fitness.

Souvent celui-là, il se met à faire de la musculation décorative, car la tonne de muscle qu’il aura sur lui, le rassurera, et augmentera l’estime qu’il a de lui-même, affaiblie par les années collèges où il se prenait des grosses raclés … Il va vouloir avoir des gros biceps, et des gros pecs, à défaut d’avoir une paire de couilles bien accrochées. Bien sûr qu’on a tous eu des histoire au collège, où bien au lycée !, combien de fois il y a eu des équipes de kaillera qui m’attendait pour me sauter dessus à trois, ou quatre, mais j’ai toujours fait face, et jamais positionner en victime. Je préfère me battre, et me prendre une raclée, plutôt que de me laisser faire.

Attention, je ne suis pas en train de dire que tous les mecs qui font de la gonflette se prenaient des baffes, mais souvent, c’était le cas, où bien sinon, c’étaient des anciens gros, ou très maigres …

Celui, ou celle qui n’a rien d’autres dans la vie

Je l’ai vu rester jusqu’à la fermeture de la salle un 24 décembre Ils n’ont pas d’amis, pas de famille, pas de passion, et passe des heures, et des heures à la salle, sans pour autant être productif, et encore moins avoir un corps athlétique. Ils sont là, tous les jours, jusqu’à 2 fois dans la journée, gratte l’amitié au personnel de l’accueil, même les femmes de ménage n’en peuvent plus, car il, ou elle gratte le lien social.

Ah ! Ah ! Ah ! J’ai pu ressentir en eux un tel d’désespoir dans la vie, ouah, çà me fait même flipper. Ils seraient capable de se foutre en l’air dans les vestiaires, ils viennent à la salle de sport pour avoir une vie sociale, voir, être vu, et se sentir  socialement vivant, c’est triste non ? Tu le, où la retrouve le dimanche matin 5 minutes avant l’ouverture, putain, mais t’as pas autre chose à faire ? Tu peux aller faire le marché, t’occuper de tes gosses, sucer ton mec au réveil, rester au lit, car tu as un peu trop picolé la veille avec tes potes, ah bas non, t’as pas de pote … Ton seul conctat avec la vie c‘est le personnel de la salle, qui lui n’en a rien à foutre de la tienne.

 

L’anorexique

Putain, j’en ai vu, et si j’avais été, le manager de la salle, je leur en aurai touché un mot. J’ai vu des fil de fer (surtout des nanas), passer des heures sur les appareils de cardio, pour taper dans le peu de graisse qu’ils avaient. Eux, ils m’ont dégoûté, tu utilises une des choses les plus pure, et que j’aime le plus dans la vie, et ce, pour te défoncer le corps, ouahhh ! Trop dégeulasse, des squelettes ambulants. Comme vous voyez sur cette photo, cette nana avait pour obsession d’être, puis par la suite d’être de plus en plus remplit par du muscle.

 

La personne qui s’aime plus que tout au monde

 

Celle-là même qui te demande de la prendre en photo torse nu dans les vestiaires, désolé mec, tu vas devoir mettre le mode selfi sur ton portable, je ne veux pas être complice de cette puanteur qu’est le narcissisme. Tu les vois en train de se mater devant les glaces après chaque exercice, et tu peux imaginer ce qu’ils sont en train de se dire :  » je suis trop bon, je suis le meilleur, je suis le plus beau », mais vas-y, vas te pendre avec le câble de la poulie sur lequel tu fais ton écarté pour les pecs.

 

 

 

Le malade dans sa tête

Ça s’entraîne plus que certains athlètes de haut, alors qu’il ne fait pas de compétition, des mecs, qui enchaînent, une heure de cycling, 1 heures de muscu, et 1 heures de yoga, et qui finissent déglingué à 40 ans. Ils ont des gros problèmes psychique, et pratiquent le sport pour oublier, et noyer leurs soucis, comme un alcoolique le ferai avec l’alcool.

Il y a sûrement d’autres exemples de cas sociaux qui remplissent les salles de fitness, mais ceux qui me sont venu directement en tête sont cela, désolé pour eux.

On ne va pas, et on ne peut pas les boycotter des salles de fitness, sinon les salles seraient presque à moitié vide. En fait les salles de fitness, low-cost, et dites haut de gamme sont des asiles, on peut y retrouver des âmes désoeuvré, perdues, essayant avec l’activité physique (je ne peux pas employer le mot sport, car les salles de fitness sont tous, sauf du sport.) de maintenir un équilibre très fragile, qui a tous moment peut péter.

Je suis peut-être un peu dur dans mon analyse, mais je peux vous assurer que je n’ai rien inventé, et que les exemples que j’ai cité existe réellement. Sur cet article, je n’ai pas voulu faire mon fin psychologue, simplement faire un état des lieux sur une partie de la population des salles de fitness, dont le marché explose depuis quelques années.

 

Définition de la bigorexie se lon wikipedia :

https://fr.wiktionary.org/wiki/bigorexie

 

Les salles de fitness, le repère des malades en tout genre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*