Après le Marathon de Paris, qui a eu lieu au début du mois d’avril, j’ai pus constater, qu’il y avait eu une déferlante d’article, écrit par des journalistes, ou des « copains » blogueurs qui avaient écrit au sujet de cette course Parisienne de 42.195 km. Tous ont surfé sur le fait que le Marathon avait un peu perdu de sa splendeur depuis que le running était devenu un moyen pour se dépasser, et mettre du piment dans sa vie un peu trop tranquille.

 

Je constate, je ne juge pas

Je constate, que de plus en plus de monde cours, et c’est très bien ! Je constate aussi que de plus en plus de ces runners passent le cap du footing, et se lancent sur semi, et Marathon, c’est aussi très, très bien, à condition d’avoir préparé l’épreuve sur laquelle on va se bagarrer.

Le dimanche, jour du Marathon de Paris, j’ai rejoint des amis pour un pic-nic au bois de Boulogne vers 14 h. Je me suis arrêté une quinzaine de minutes au km 41, pour voir les Marathoniens passer, il s’agissait de ceux qui allaient finir en plus ou moins 4h30. Une chose m’a sauté aux yeux, j’ai vu des coureurs d’une trentaine d’années en train de souffrir, et marcher, alors qu’à côté de cela, je voyais des gens plus âgées, moins athlétique, mais qui eux continuaient de courir. Il ne faut pas sortir d’HEC pour en conclure que certains avaient été moins sérieux que d’autres sur leur préparation. Et c’est là que commence réellement le sujet de mon article, la différence entre être Finisher, et être Marathonien, qui sont deux choses complètement différentes.

 

http://www.schneiderelectricparismarathon.com/fr

 

Mon analyse du Finisher

Ce qu’il veut avant tout, c’est çà médaille, son t-shirt, et se prouver à lui-même qu’il a été capable de parcourir 42.195 km, comme ces 45 000 autres copains. Il va courir, mais il va marcher aussi, il va finir dans un état physique pas spécialement très bon, voir pitoyable. Cette distance n’est pas anodine, mais avec un peu de mental, il finira quand bien que mal à boucler la boucle.

Sa préparation n’aura pas été sérieuse, des séances qui sautent, une alimentation peu adaptée, pas de repos, pas de phase d’affûtage … L’état d’esprit, c’est un peu « on verra bien, çà sera l’aventure », alors que je pense que c’est tout l’inverse qu’il faut faire, surtout sur ce genre de distance, qui ne fait pas de cadeau. Il faut préparer au maximum sa course, autant d’un point de vue entraînement, que de la stratégie de course le jour même. Le Finisher y va un peu à l’arrache, mais il va le regretter …

Avec l’arrivée de ce type de coureurs sur Marathon, on commence à voir des déchets ( je parle de coureurs qui n’avancent plus) des le 25 ème km, ce qui n’est pas normal ( à moins d’un gros coup dur). Je pense que cette optique de course est complètement stupide, vous pensez aux articulations, aux tendons, aux muscles, pire au coeur ! Je ne sais pas s’il y a eu des accidents cardio-vasculaires cette année, mais çà n’aurait pas été la première fois, qu’un mec se retrouve dans le fossé en train d’être réanimé.

 Finisher, je n’ai rien contre toi, je n’ai pas que çà à faire surtout, ce qui va m’embêter par contre, c’est que certains Marathoniens n’obtiennent pas de dossard, car il y a de plus en plus de coureurs (non préparés) qui se lance sur la discipline.

J’ai été moi-même un simple Finisher, ce fut bien évidemment lors de mon 1 er Marathon (qui fut également ma 1 ère course), celui de Paris en 2011. Je n’avais fait qu’un seul entraînement, courir 30 km sur un tapis, pour voir ce que çà fait. J’y étais allé avec mon mental, et ma paire de couilles pour finir en 03:00:47. Peu importe le chrono, mon but à moi aussi était de finir, mais je m’étais quand même fixé comme objectif les 3 heures.

Cette année, le dernier coureur finit Paris en 07:53:36, c’est abusé non !? Abusé pour le corps, voilà ce que j’en pense.

 

Mon analyse du Marathonien

Il se prépare, et ne va pas seulement faire le Marathon de Paris, ou N.Y. Il a peut être commencé la course avec l’effet de mode, mais il suit une vrai préparation, mange ce qu’il faut, dors, et récupère comme il faut aussi.

 Il saoule ces potes le samedi soir, car il doit rentrer plus tôt se coucher, a fin d’être en forme pour la sortie longue du lendemain. Il prépare sa course, sa tenue, ces gels, réalise bien çà recharge glucidique 3 jours avant, coupe l’alcool et autres « mauvaises choses » suffisamment tôt. Le Marathonien court toute l’année, et non simplement pour ce challenge.

 

 Après avoir franchi la ligne d’arrivée, il pense déjà à son prochain Marathon, alors que le FINISHER dit : « plus jamais ».

Chacun fait ce qui lui plaît, je parle de cela sur NO PAIN NO GAIN RUNNING, car il y a lieu d’être, par contre je ne vais pas en parler avec mes amis qui eux n’en n’ont rien à foutre, et moi aussi pour tout vous dire. Le Marathon, c’est pas à mon père, alors si tu veux t’inscrire sans être préparé, et te niquer le corps, çà ne m’empêchera pas de dormir, par contre cela me fait marrer de te voir dans le fossé vers le 35 ème km.

La course a pied n’appartient à personnes, donc tout le monde a le droit de faire ce qu’il veut, tant que tu ne me casse pas les pieds, c’est cool.

20 commentaires

  1. Article totalement dénué de sens. Moi même ayant fini en plus de 4h30 deux marathons, j’ai fais une prépa serieuse de 12 semaines avec plus de 500 kms effectués. Dire que j’ai pas été sérieux parce que j’ai marché sur mon marathon, c’est mépriser cette distance mythique et difficile à dompter. Le.jour J , on peut être dans un jour sans, avoir une quelconque défaillance….
    C’est vraiment ne pas valoriser la performance de chacun ce que vous dites

    1. Avant de vous répondre, moi je vais vous dire bonjour. Concernant votre message, je suis désolé de vous dire que vous n’avez rien comprit à mon article, cela doit être de ma faute …

      J’ai moi même marché sur un Marathon alors que mon record perso est de 2h35, çà ne fait pas de moi un Finisher. Vous avez été touché dans votre égo, et vous avez résumé mon article à cela : les finisher marchent, les Marathonien courent.

      Bien évidement, on peut marcher sur un Marathon alors qu’on a fait une grosse préparation (pour mon cas : 130 km x 12 semaines), car il y a des jours avec, et des jours sans. Par contre il y a des finisher qui pertinemment savent qu’ils vont marcher à partir du 30 ème.

      Voilà la différence, il y en a qui prennent le départ tout en sachant qu’ils vont marcher, puis ils y a ceux qui de part leur non forme du jour vont être obligé de marcher.

      Ma réponse est elle assez clair !? Si ce n’est pas le cas je peux vous expliquer de nouveau mon point de vue.

      Cordialement

      Thibault

  2. Intérêt de cet article à part être un brin méprisant en calant comme un cheveu sur la soupe son chrono de 3h « sans préparation sérieuse » ? Heeeeeuuuu je cherche encore !

    1. Bonjour, je suis désolé que vous n’ayez rien comprit à ma definition de la différence entre un finisher, et un Marathonien … Je pense avoir été pourtant clair …

      Pour faire simple :

      Vous faites une vraie et belle préparation pendant 3 mois et vous finissez en 5 h = vous êtes marathonienne.

      Vous ne vous préparez pas, et vous savez pertinemment que vous allez marcher à partir du 25 km = vous êtes Finisher.

      En aucun je crache sur les « tortues » qui se préparent sérieusement comme vous les appeler. Je cours en 2H35, et je ne sais pas si je serais capable de courir pendant 5 heures.

      Au plaisir

      thibault

  3. Bonsoir,

    L’article parle des gens qui décident de se lancer un challenge : tiens je cours un marathon !!! Et cela sans grosse prépa . Ils mettent simplement leur santé en jeu et crois-moi Yoni, ils sont de plus en plus nombreux. Le marathon s’est banalisé.

    Je peux aussi témoigner que sur le marathon de Paris, j’ai vu pas mal de finisher, puisque malgré une grosse prépa, j’ai explosé et fini loin de mon objectif chrono (à 20 min). Et bien j’étais bien content d’avoir bouffé du km, car j’ai récupéré rapidement. Seul mon orgueil de compétiteur était touché.

    L’article était clair.

    Bonne soirée.

    1. Salut Stef,

      merci de suivre NPNGR, merci d’avoir le prit le temps de comprendre l’article avant de me tirer dessus …

      Merci pour la force.

      Au plaisir

      Thibault

  4. Bonjour ,
    J’ai bien lu votre article Monsieur , et je vois trouve méprisant . Que savez vous des coureurs de fin de peloton ! Je me suis préparée pendant plusieurs mois et je suis finisher et j’ose le dire marathonienne. Peut importe mon chrono je l’ai fait et j’en suis fière . N’oubliez pas non plus que sans nous les tortues la pompe à fric serait fermée .
    Votre article m’a blessée humiliée et je ne pouvais restée muette .
    Organisez des courses entre vous entre cadors égocentriques !
    Avec tout mon respect .
    Marie , une tortue marathonienne !

    1. Bonjour Marie, j’espère que vous allez bien, et merci de suivre NPNGR.
      Je ne peux pas vous laisser avoir cette image de moi, donc je vais vous re expliquer directement. Vous n’avez pas comprit le message de mon article, FINISHER ou Marathonien n’a rien a voir avec le chrono.

      Pour faire simple :

      Vous faites une vraie et belle préparation pendant 3 mois et vous finissez en 5 h = vous êtes marathonienne.

      Vous ne vous préparez pas, et vous savez pertinemment que vous allez marcher à partir du 25 km = vous êtes Finisher.

      En aucun je crache sur les « tortues » qui se préparent sérieusement comme vous les appeler. Je cours en 2H35, et je ne sais pas si je serais capable de courir pendant 5 heures.

      J’espère cette fois ci avoir été comprit.

      Bonne journée, au plaisir.

      Thibault ( l’athlète, le coach, la personne, qui se donne les moyens de réussir, et ce peut importe le chrono)

    1. Bonjour Jay,

      je ne dénigre personne, chacun fait ce qu’il veut, je donne ma définition entre un Finisher et un Marathonien, c’est tout.

      Oui à mon premier Marathon, j’ai été finisher et non marathonien, bien que je l’ai finit en 3h. Je ne m’étais pas préparé donc je ne pouvais pas prétendre être Marathonien, çà aurait été manquer de respect à ceux qui ce sont réellement entraîné pour cette épreuve.

      Vous n’êtes pas le 1 er à m’envoyer un message de ce genre, montez un club, et intitulé le « FUCK NO PAIN NO GAIN ».

      Au plaisir

      Thibault

    2. Bonjour,
      je ne dénigre personne ! Mais mon regard sera différents entre quelqu’un qui s’est fait chier à courir pendant 3 mois pour préparer ces 4h30 que celui qui n’a rien foutu et finit en 6 h.

      Beaucoup d’entre vous avez du mal à me comprendre, mais en communiquant on va y arriver.

      Au plaisir.

      Thibault

  5. Bonjour Thibault,

    Article intéressant et forcément ouvert à discussions … Je suis plutôt un (mauvais) triathlète mais le constat est un peu le même avec un aspect financier en plus (je t’invite à lire ça : https://www.trimes.org/2010/10/ironman-jour-de-deuil/).

    Ceci dit la question est complexe.
    -Est-ce qu’un finisher ne va pas estimer que son entrainement était suffisant (j’imagine quand même qu’il a du avaler une paire de kms !) ?
    -Est-ce que faire un marathon en 6h est raisonnable malgré une préparation rigoureuse ?

    Je n’ai jamais couru de marathon et je refuse de le faire tant que je ne serais pas capable d’assurer un chrono que j’estime correct. Un marathon c’est tout sauf banal. Mais c’est une façon de voir les choses et pour beaucoup, la médaille et le t-shirt représentent la réalisation d’un défi personnel dans leur vie, un accomplissement comme le dit l’article, à défaut d’être un exploit sportif. J’ai cherché et je n’ai jamais réussi à trancher sur ce qui était bien et ce qui ne l’était pas. Et finalement, je me dis que tout le monde est légitime.

    Chacun fait ce qu’il veut, tant que l’un ne gêne pas l’autre. Tu sais pourquoi tu cours, tu sais le nombre de kms que tu as bouffé tout seul dans le froid ou sous la pluie et tu sais que quelque soit le chrono à la fin, tu reviendras pour faire mieux.

    Bonne journée,
    Romain

    1. Salut Romain,

      voilà enfin quelqu’un qui a su me lire et me comprendre.Tu as 100 % raison, et tu es validé à 1000 % ! Tout le monde fait ce qu’il veut, tant que tout le monde reste à sa place. Si tu es un coureur du dimanche, ne te prend pas pour un Marathonien, au même titre que moi, je ne prend pas pour un tueur à gage sur Marathon, mais juste un mec qui galope un peu.

      Merci de m’avoir comprit, au plaisir.

      Thibault

  6. Perso je fais de la pêche de carnassiers depuis que j’ai 6 ans , une sortie pêche le dimanche il m’arrive de marcher plus de 42 km, dans la journée, ma première grosse sortie pêche je l’ai faite quand j’avais 14 ans , ça fait pareil que ces marathoniens en plus de 6 heures, non ?

    1. Salut Laurent,

      Ah, ah, ah !!! Toi t’es un bon !! j’adore ton message, bas voilà tu es un FINISHER avec en plus tout ton matos de pêche sur le dos !!!

      Merci de suivre #npngr

      Au plaisir

      Thibault

    1. Bonjour,

      tu connais ce mots ? On l’utilise avant de s’adresser à quelqu’un, après ton « lol » laisse sous entendre que tu rêves de ce chrono, ou bien que tu t’es entraîné comme un chien pour y arriver.

      Oui 3 heures sans préparation, çà t’embête à ce que je vois, mais c’est pourtant la vérité. Aujourd’hui, je suis à 2h35, quelque chose à dire !?

      Au plaisir

  7. Bonjour,
    Pour moi un sportif c’est un sportif s’il a le goût de l’effort et le dépassement de soi c’est l’essentiel.
    Un gars ou une fille qui fini en 5h ou 6 h et qui a tout donné a plus de mérite qu’un type qui court en 3h30 alors qu’il pourrait terminer en 3h
    On est dans le sport amateur n’oubliez-pas

    1. Bonjour,

      je suis ok avec toi, l’important n’est pas le chrono mais ce que tu as donné pour l’avoir, à l’entrainement,comme le jour de la compétition.

      Merci de suivre NPNG

      Thibault

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*