La réponse

On kiffe, en prenant de la drogue, mangeant des hamburgers matin, midi, et soir, en se bourrant la gueule à la vodka, et on devient un gros lard qui se branle toute la journée sur son canapé. Plus sérieusement, voilà la suite de mon aventure.

Lorsqu’on passe de 110 / 150 km par semaine à quasi plus de course à pied du tout, il est clair qu’il y a du changement …

Je n’ai pas prit le même tournant que ce Grand Monsieur du football, que vous avez surement reconnu …

 

Psychologique d’abord 

Vers la fin de ma carrière amateur de coureur sur route, chaque entraînements étaient devenu une corvée, quoi que, je suis entrain de vous mentir car je kiffais ma séance de type haltérophilie que j’avais le mardi après midi après mon footing de décrassage du matin. Tu es à la salle, tu fais autre chose que d’envoyer des bornes, et même si la souffrance est violente avec les kilos à soulever, il y a du monde autour de toi, il y a de la musique, bref tu n’es pas dans ta bulle coupé du monde, avec comme seul pote ta montre Garmin, ou ta Tomtom Runner, qui te disent si tu es sur la bonne allûre, ou pas.

 Le reste de mes séances, celles de CAP, étaient devenues lourdes d’un point de vue mental, dur, par ce que tout seul, éprouvant, car je courais dans Bangkok, avec un taux d’humidité, et pollution élevé, sous une chaleur de 35 degré à l’ombre.

 Les sorties longues du dimanche matin dans les rues de cette même ville m’ont cassé la tête des le samedi soir. Le dimanche matin et après midi, j’avais vraiment du mal à récupérer, et il ne fallait pas me demander de bouger mon cul, pas top pour ma nana, bien que très compréhensible, car elle aussi est une bonne sportive. Te lever à 5h30 du mat pour enchaîner 35 bornes dans Bkk, je vous assure qu’il y a mieux à faire lorsque vous habitez en Thaïlande. Le nombre de fois où j’ai failli dire FUCK à cette putain de sortie longue, mais impossible car si tu commences à zapper un entraînement, on connaît tous la suite.

 

Le physique 

J’ai parlé de la tête, mais il y a aussi le corps, qui a prit cher. La course à pied m’a fait devenir un sac d’os, je devais être en moyenne sur l’année à 7 ù de masse grasse. J’avais très souvent à mal au pieds, aux tendons d’Achille, qui deviennent raides, et dont il faut travailler l’élasticité avec par exemple le protocole de stanish, si on ne veut pas qu’il y ai une rupture (blessure très fréquente en CAP). 

Jeter un oeil à cet article qui traite du protocole de Stanish :

http://nopainnogainrunning.com/protocole-stanish-bonne-solution-guerrir/

 Des troubles du sommeil, car tu es tellement fatigué que tu n’arrives pas à avoir un vrai sommeil réparateur, chelou non !? 

Toujours à boire de la flotte, et donc à aller pisser, tel est le processus pour accélérer le nettoyage des jambes, et toujours être bien hydraté.

J’ai eu le droit à plusieurs surnom de la part de mes potes : épaules de serpent, corps d’autruche, corps d’enfant, … ah ! ah ! ah ! Aujourd’hui je me dit qu’ils avaient bien raison.

Social

Je peux vous dire que la sortie en boîte du samedi soir jusqu’à 6 du mat à picolé de la vodka Grey Goose et frotter des nanas sur le dernier 2 chainz, bas c’est mort. Par contre 6 h du mat oui, mais c’est l’heure de ton réveil le dimanche matin qui te lève de ton lit pour aller courir 35 bornes tout seul, dans le froid dans le bois de Boulogne, avec ces Messieurs-Dame qui finissent leurs services, çà c’est lorsque j’habitais encore sur Paris. Cette sortie du dimanche matin qui te dicte ce que tu dois manger le samedi soir, je peux te dire que l’unique verre de vin rouge dans lequel tu t’es laissé embarqué, et bien, tu le ressens direct quand tu as ta paire de basket au pied. Tu quittes le samedi soir tes amis à 11 heures alors qu’eux ne commencent seulement la soirée … Le dimanche après midi, tu te tapes souvent une « petite » sieste qui dure 2 heures, car tu viens de faire 6 jours à plus de 150 kilomètre.

 

La bouffe 

Arrêter de courir : on fait quoi après tout çà !? On kiffe !!Aujourd’hui, les pâtes, et riz sont vraiment occasionnels, par contre, beaucoup de légumes et  protéines, ont remplacés les féculents. 
J’ai un apport en protéines à chaque repas, que çà soit avec du thon, des oeufs, des brocolis, du tofu, de la Whey protéines, ou bien, un peu de viande ( 2 x / semaine maximum ). Des légumes à fond aussi, je me fais des belles salades composées qui arrivent à me caler l’estomac, car il faut bien remplacer les kilos de riz, et pâtes que je m’enfilais.

Tout ça pour ça 

Énormément de sacrifice PAIN, pour si peu de résultat GAIN, ça va, j’ai donné. 

Tu te prépares pendant 12 semaines pour gratter 3 minutes maximum sur un 42.195 km, et au final, tu te blesses 10 jours avant ta course, où bien, tu te chies dessus pendant la compét, car les cons de l’organisation te filent des verres d’eau glacé aux ravito.
Je ne crache pas sur la CAP, mais ça y est, j’ai fait le tour, 2H35 en étant clean, me donne de la satisfaction, et m’a donnée du plaisir, et du bonheur. 
Papi pourra raconter à ces petits enfants, qu’il a envoyé quelques petites perf sur Marathons, et ils se foutront de ma gueule, et penseront que je suis un vieux con, flingué du cerveau, ah ! ah ! ah ! 

 

Arrêter de courir : on fait quoi après tout çà !? On kiffe !!

Arrêter de courir : on fait quoi après çà !?Aujourd’hui, je veux du kiffe immédiat, que ce soit avec mon fer 7 Golf ), ou bien avec une séance de Cross Fit. Je me régale aussi avec la corde à sauter, c’est cardio, et surtout très technique, des que tu essayes de faire des figures.J’ai du plaisir sur le champ, et c’est garantit, comme au Dallas Ladys à la Jonquera, certains comprendront, d’autres auront besoin d’aller sur GOOGLE pour comprendre.
Je ne cours plus !, je fais du footing, pas du running car je ne cours pas en bande sur les quais de Paris, habillé de la tête au pied avec la même marque à virgule, où 3 bandes. Mes « sorties » durent 45 minutes pas plus, je prends du plaisir, et des que çà me gonfle, je m’arrête, au contraire de la corde à sauter, et le golf, où là, je ne lâche le steack ( de thon ), mais logiquement je tiens mes 45 minutes à 4’45/km.

 

Prise de poids !?

Peut-être 1 kilo de gras, par contre je me bagarre pour récupérer des kilos de muscle ( utile, pas de la déco ), mon haut du corps se développe, je veux des épaules, des abdos qui font des bosses, un dos plus large. Je veux que ma masse musculaire soit au service de mon swing au golf, et au service des autres activités sportives que je pratique. Je veux aussi réussir à taper des muscles-up, qui est un exercice au poids de corps, issue du Cross-fit, dont je vous ferais suivre ma progression.

Arrêter de courir : on fait quoi après tout çà !? On kiffe !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*