Je ne suis pas Mr Healthy, mais Mr NPNG ! N’empêche que je suis ( on est pas mal dans ce cas …) de ceux qui pensent que la performance passe par tout un tas de facteur autre que l’entraînement au sens propre du terme. L’alimentation est super importante, mais dans tous les produits de grande consommation il y a des pièges, dont un qui est mortel !

 

Faire une sortie longue de 38 km avec un travail d’allure spécifique pour préparer un Marathon ne me fait pas peur, par contre être à la diète 1 mois avant la compétition c’est une grosse bagarre pour mon mental.

Il y a des bagarres qui sont perdues d’avance, celle-là sera perdue par un KO assuré si vous montez sur le ring contre lui !

 

 

Mon, Notre adversaire se nomme Glutamate, il a plusieurs noms, son nom de code est : E621, et il est redoutable.

 

Qui c’est ?

Alimentation : le Glutamate, nom de code E621
Il suffit d’un Schoco Bons pour taper le paquet entier

Le glutamate monosodique est un acide aminé naturellement présent dans le corps, sa « version chimique » a été découverte en 1907, pour en faire un additif alimentaire, son boulot : augmenter le goût, il est très largement utilisé dans l’industrie agroalimentaire.

Les Japonais le considèrent comme la 7e saveur, après le sucré, le salé, l’amer, l’acide, l’astringent ou âpre et le piquant.

Je suis un faible, une mauviette, un mec sans volonté …, il suffit que j’ouvre un paquet de Schoco Bons, de Balisto, une tablette de Chocolat blanc, pour que 5 minutes plus tard j’ai fini mon tour de magie, à savoir, avoir tout fait disparaître. Je fais même disparaître l’emballage car rien que sa vision me renvoie une mauvaise image de moi-même :  » putain !, je suis qu’une merde, j’ai défoncé tout le paquet « .

 

Cette substance qui se présente sous la forme d’une poudre blanche renforce le goût des ingrédients présents dans l’aliment et agit comme un excitant sur les papilles et surtout, sur le cerveau.

Le glutamate opère comme le ferait n’importe quelle drogue sur le cerveau. Dans son livre « savez-vous vraiment ce que vous mangez . » Laurence Wittner explique : « de l’avis des experts, les exhausteurs d’appétit agiraient sur les neurones, empêchant le bon fonctionnement des mécanismes inhibiteurs de l’appétit.

 

En clair, plus on en mange, plus ils donnent faim, et plus on a envie d’en manger.

 

 

Je valide cette Laurence, une fois que 3 jours de « sans mal bouffe » se sont écoulés je n’ai plus du tout envie de saloperie, et le fait de manger proprement, et en petite quantité devient beaucoup plus simple.

 

Le E621 est l’un des additifs alimentaires les plus utilisés dans le monde, avec une production atteignant chaque année les 2 millions de tonnes, dont 80% sont consommées en Asie mais tout de même 95 000 tonnes en Europe.

En France il peut être utilisé sous conditions. Il est d’ailleurs présent dans de nombreux produits de grandes marques, tout ce qui est bombons, plat préparé, paquet de chips, cacahuette, … tous les trucs ou il est dur, voire impossible de s’arrêter lorsqu’on a le malheur de prendre une première bouchée. C’est comme si l’ont me prenait la case volonté qu’il y a dans mon mental, et qu’on l’a remplacé par la case « vasi, encore, encore plus … », à cela ajouter un côté No Pain no gain extrémiste et vous obtenez cela :

  • 1 kebab
  • puis 1 paquet de Schoco Bons,
  • puis un paquet d’ourson à la guimauve
  • pour finir par 3, ou 4 snikers  glacés
  • le tout arrosé d’un Cherry Coke

 

Si cela est volontaire çà s’appelle un cheat Meal http://nopainnogainrunning.com/regime-sportif-le-cheat-meal-il-relance-la-perte-de-poids !, sinon çà s’appelle être dans la merde !

 

Petit Conseil

NE PAS OUVRIR LE PAQUET !, si vous avez une petite faim, manger un fruit, et si vraiment vous voulez vous faire un kif du style Kinder Bueno, achetez-en un seul, pas un paquet, car sinon il y passera à 100 %.